• 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Cette histoire débute en 1987. C’est l’histoire de trois amis, deux étaient officiers supérieurs de la Gendarmerie Nationale du Gabon et l’autre diplomate. GENA, signifie, Gendarmerie Nationale.

Il s’agit du Colonel Antoine TCHIBINDA, Officier des sports de la Gendarmerie Nationale et de Monsieur Léonard BAKENDA, Colonel de sont Etat, ceinture noire de judo et de karaté Vice-Président du Judo club GENA (1987-2004) et Vice-Président de la Fédération gabonaise de judo (1997-2004), ; Le dernier du trio, ancien Secrétaire général de la Fédération gabonaise de Judo (F.G.J.) ( 1977-1982 ), Vice-Président et directeur technique du Judo Club GENA (1987-2004), Maitre Corentin HERVO-AKENDENGUE.

Une passion commune, le sport, en particulier les arts martiaux ; un objectif commun reconstruire le Judo club de GENA. Car son histoire prouve que ce club existait déjà.

Mais ces structures étaient obsolètes depuis 1984, lors du départ de Maître Jean Pierre Augé, 3ème dan, retourné en France en 1982.Sous l’impulsion du Président du Club Léonard Bakenda, le dojo du judo club GENA ouvre ses portes le 4 janvier 1987. Par ailleurs, un support audiovisuel retrace cette épopée et le parcours de ce club, reprise en main en 1987, par ces trois amis.

AU-DELÀ DES RESULTATS

Au-delà des résultats, l’histoire du judo club GENA s’écrit en lettre de joies. Il reste que de nombreux judokas brillants, talentueux, qui ont porté les couleurs avec fierté, dans la joie, parfois dans la défaite, certains besogneux, d’autres peu-doués, défavorisés mais opiniâtres, les confiants, les enthousiastes et les sceptiques, les volubiles et les renfermés, les butés sur d’irréductibles critiques ou inquiétudes,

mais tous unis dans un élan solidaire et dévoué vers le club, tendus vers un mystérieux objectif entrevu derrière la volonté d’efficacité, au travers des brumes de la vie, fascinés par l’achèvement toujours reporté de cet édifice aux plans incertains en mains de la seule providence, et dans les victoires qui ont jalonné leur chemin, ont écrit l’histoire du judo Club GENA, au-delà du judo gabonais tant sur le plan national qu’international. Ils se reconnaîtront.

Aujourd’hui, ils sont partis vers d’autres cieux exprimer leurs talents dans la connaissance de la vie professionnelle et multidimensionnelle.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15