• 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Ce matin-là, les premiers rayons de soleil percent avec quelques difficultés. Le climat est humide et chaud. L’équipage effectue les dernières vérifications au port de Port-Gentil (capitale économique). L’océan est calme dans son bras entrant entre l’Ogooué et la terre de Port-Gentil.

PORT-GENTIL
Il arrive que cette zone génère des vagues de deux à trois mètres rendant la traversée impossible ou périlleuse. C’est le départ, le canot s’arrache du quai et entreprend la traversée du bras de l’océan (Ozomboua) pour se diriger directement vers les eaux calmes en cette saison de l’Ogoué.

Port-Gentil et les billes d’Okoumé
Après une vingtaine de minutes de traversée, ils atteignent l’Ogoué et débutent leur descente vers Nandipo. Une demi-heure de navigation descendant sur L’Ogoué, celui-ci prend la direction de Lambaréné. Dans les faits, l’Ogoué descend des hauts plateaux du Haute-Ogoué. Il traverse cinq provinces du Gabon. Il passe par Lambaréné, sa dernière escale avant de se jeter à Port-Gentil dans l’Océan Atlantique

Protégé par l’immensité de la forêt, le fleuve Ogoué donne libre court à son génie créatif, à travers des sols calcaires et des reliefs capricieux, pour enfanter une multitude lacs.

Après avoir laissé derrière eux, le grand et majestueux fleuve Ogoué, ils passent devant le petit village d’Adowewenga et entrent dans la rivière Etoulongwe y Soko, l’un des nombreux affluents de l’Ogoué.

  • 1
  • 2
  • 4
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 33
  • P3140077
  • 1
  • 2
  • 4
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 33
  • P3140077